CGV Flex : sérénité assurée avec votre annulation/report sans frais jusqu’à J-3 !

Nos actualités

Accueil / Nos actualités / Presse / Les Échos : « les solutions proptechs pour gérer les immeubles tertiaires »
Presse 09.12.21

Les Échos : "les solutions proptechs pour gérer les immeubles tertiaires"

Les Échos : "les solutions proptechs pour gérer les immeubles tertiaires"

Les innovations développées par de jeunes pousses spécialisées irriguent de plus en plus l’ensemble de la sphère immobilière. Mais ces start-up de l’immobilier doivent encore convaincre les investisseurs pour révolutionner le marché.

 

Le Covid-19 n’a pas stoppé le bouillonnement d’idées ni la création de sociétés pour faire bouger l’immobilier. Bien au contraire. « Dans le logement, on voit affluer beaucoup de jeunes proptechs sur le segment de la transaction immobilière , de l’investissement locatif et du syndic/gestion de l’immeuble », fait remarquer Robin Rivaton, investisseur présent au conseil d’administration de plusieurs d’entre elles. L’évolution réglementaire autour des performances énergétiques d’une maison ou d’un immeuble voit aussi naître un business lié à de nouveaux services, depuis l’audit jusqu’au rachat de biens, en passant par la remise en état.

« Il ne faut pas seulement penser à l’innovation technologique, digitale, qui est bien là, mais aux innovations d’usage et sociétales, c’est-à-dire consommer l’immobilier de façon différente », souligne Stéphane Scarella, le président de la Fédération française de l’Internet immobilier et directeur du Salon RENT. « Je pense à des plateformes en ligne de simulation pour le particulier qui veut faire des travaux, qui veut vendre son bien comme Zefir, Dili, Homeloop ou encore Solustone, aux nouveaux syndics et agences immobilières, aux start-up qui rendent la notion de services plus forte, etc. Bref, de nouvelles réponses générationnelles. »

Pourquoi ne gérerait-on pas son habitat depuis son smartphone, comme on le fait désormais pour remplir le frigo ou se faire livrer son déjeuner ? C’est la question que posent ces nouveaux spécialistes de l’immobilier. Et pas seulement dans le logement, mais aussi dans l’immobilier d’entreprise.

 

Potentiel de croissance

Dans la logistique-supply chain, les proptechs apportent des solutions pour la gestion des entrepôts, bien au-delà de la problématique du dernier kilomètre. Dans le bureau aussi, avec une question centrale, la flexibilité des surfaces, à l’heure du télétravail. « Pour faire revenir les salariés au bureau, il faut que l’espace, même réduit en taille, devienne plus agréable, qu’on puisse s’isoler, y compris dans un open space », dit Robin Rivaton. L’expert cite ainsi Witco, une application qui permet notamment à ses occupants de réserver en quelques clics une salle de réunion, ou Comet Meetings, spécialisé dans l’organisation de réunions et séminaires d’entreprise.

« Des espaces (bureaux, commerces, logements) mieux valorisés, c’est-à-dire plus sains et moins énergivores comme Deepki et Citron, avec plus de transparence dans toutes les étapes d’un projet, sont un des trois défis de la Proptech », juge Antoine Morin, le coordinateur de French Proptech. Les deux autres concernent l’amont de la filière, avec des chantiers plus durables – MyBen veut optimiser les bennes de chantier, Backacia vend le réemploi des matériaux du BTP – et une empreinte carbone réduite dès la construction.

 

La réversibilité et la modularité doivent participer à réduire la vacance. Le marché est encore en construction. Certaines de ces proptechs continuent de trouver des financements, pour d’autres, c’est plus compliqué. « La rentabilité n’est pas le sujet immédiat et certaines proptechs ont déjà disparu », note Robin Rivaton. Les perspectives de financement de ces start-up par les investisseurs sont loin d’être terminées. Et il n’est pas encore question de consolidation du secteur.

Partager
Comet Meetings utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur). En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.