CGV Flex : sérénité assurée avec votre annulation/report sans frais jusqu’à J-3 !

Nos actualités

Accueil / Nos actualités / Presse / Le Soir immo : « la réunion devient une expérience place Stéphanie, à Bruxelles »
Presse 08.12.21

Le Soir immo : "la réunion devient une expérience place Stéphanie, à Bruxelles"

Le Soir immo : "la réunion devient une expérience place Stéphanie, à Bruxelles"

Comet a transformé un immeuble bruxellois de 8 étages pour héberger des salles de réunion. Le concept de meetings d’entreprises avec services inclus débarque en droite ligne de Paris.

 

Pourquoi faire une réunion au bureau alors qu’on peut la faire dans un endroit dont c’est la vocation ? Ce principe, l’acteur français Comet (pour Collaborative Meeting) tente depuis la semaine dernière de l’implanter à Bruxelles. Avec l’ouverture du premier centre hors Paris, c’est pas moins de 29 salles de réunion qui sont mises à la disposition des clients dans un immeuble de 8 étages dans le haut de la ville (place Stéphanie). Comet Bruxelles propose des espaces sur 2.800 m2.

Fondateur du concept avec Maxime Albertus et Nicholas Findling, Victor Carreau explique par visioconférence pourquoi le choix s’est porté sur Bruxelles. « Parce que c’est la capitale de l’Europe et qu’elle est une des villes européennes où se tiennent le plus de réunions professionnelles », explique-t-il. « Et puis aussi parce que l’offre en matière de salles de réunion y est faible et peu qualitative. La plupart du temps, il s’agit de salles d’hôtels qui sont situées au rez-de-chaussée, voire en sous-sol sans fenêtre vers l’extérieur… »

Au Comet Stéphanie, les Français ont confié la décoration des lieux à Lionel Jadot. Son éclectisme a transformé cette ancienne boutique de robes de mariée pour en faire un endroit à part et accueillant. Les différents étages ont été aménagés en référence à une destination. Un étage s’inspire d’un hôtel à Bali, un autre, d’un quartier de Kyoto. Un autre encore, de la Candelaria de Bogota ou du Kreuzberg de Berlin.

Venant du monde de la consultance pour de grosses boîtes américaines, Victor Carreau et ses acolytes ont décidé un beau jour de prendre le train en marche de la révolution qui se dessine dans l’univers du bureau. « Aujourd’hui, on fait beaucoup trop de réunions qui ne servent pas à grand-chose », insiste-t-il. « Les réunions en présentiel sont essentielles à la culture d’entreprise, mais elles doivent être mieux organisées. Et le cadre où elles se tiennent est fondamental pour qu’elles deviennent une expérience à part entière. Le premier Comet a ouvert à Paris en 2017. Nous en comptons 5 aujourd’hui et avons dépassé la barre des 200.000 clients, avec un chiffre d’affaires qui est multiplié de 3 à 5 chaque année. »

« L’objectif est de grandir »

Si Bruxelles est la première expérience hors capitale française, Comet a bien l’intention de s’exporter dans d’autres villes européennes. Un centre verra le jour début 2022 à Madrid. D’autres ouvertures suivront, et peut-être même en Belgique où des discussions sont, paraît-il, en cours avec certains propriétaires d’immeubles. « Pour l’heure, on se concentre sur Bruxelles. Nous allons d’abord être à l’écoute de nos clients, car il ne sert à rien de brûler les étapes, mais l’objectif est de grandir, c’est vrai », confesse Victor Carreau. « La demande de salles de réunion agréables qui proposent un service complet est mondiale. En Belgique, près de 9 Belges sur 10 veulent revenir à des réunions physiques. La majorité se sent plus créative en présentiel. »

Le prix de la location d’une salle de réunion s’élève à 65 euros/personne (demi-journée avec petit-déjeuner), 80 euros (demi-journée avec petit-déjeuner et déjeuner) et 105 euros/personne (journée de 8 à 18h, avec petit-déjeuner et déjeuner). Le package comprend évidemment l’utilisation de zones de confort et de discussion avec boissons et snacks à disposition, ainsi que tout le confort technique nécessaire pour la projection de documents pendant les réunions ou la tenue de visioconférences. Les lieux peuvent également être loués pour une soirée-événement, le Comet disposant sur le toit d’une salle avec terrasse qui peut se révéler très agréable si le temps est de la partie.

Le Covid a bien sûr perturbé la bonne marche de Comet. Le centre bruxellois devait ouvrir en mars, mais les responsables ont décidé de postposer l’inauguration vu la faible demande qui régnait au printemps. « Nous avons été contraints de fermer nos bâtiments pendant plusieurs mois, mais l’activité a repris de plus belle à Paris depuis la rentrée. Septembre devrait à ce sujet être notre meilleur mois jamais réalisé jusqu’ici. A Bruxelles, c’est un peu plus lent, mais la reprise va s’accentuer dans les semaines qui viennent. Je reste persuadé que la pandémie est une formidable opportunité. Le moment est venu de changer les lignes du bureau de demain. Avec le télétravail qui va devenir une réalité, celui-ci doit devenir un vrai pôle d’attraction pour les employés », conclut-il.

Partager
Comet Meetings utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur). En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.