Organize your event safely until the end of 2021, with free cancellation / report until D-3!

Nos actualités

Welcome / Nos actualités / Press / Le Figaro : “Primonial s’adapte à l’évolution du monde du bureau”
Press 04.03.21

Le Figaro : "Primonial s’adapte à l’évolution du monde du bureau"

Le Figaro : "Primonial s’adapte à l’évolution du monde du bureau"

Le géant de l’immobilier confie une partie de la gestion de ses surfaces à Comet Meetings.

Il trône au bout du quartier de Bercy, dans le 12e arrondissement de Paris. Sur 136.000m², le Lumière est tout simplement le plus grand immeuble privé de Paris. Les bureaux occupent 100.000 m², ce qui permet à 7500 salariés d’aller y travailler quotidiennement.Le solde est dévolu à des commerces ou à la logistique. Le propriétaire de ce mastodonte, la société de gestion Primonial REIM qui gère un patrimoine près de 27milliards d’euros, a décidé de l’adapter au nouvel environnement de travail, marqué notamment par le développement du télétravail.

« La réflexion était engagée avant le Covid, mais la crise a accéléré le mouvement », concède Charles Ragons, directeur de l’asset management chez Primonial REIM.Conséquence : Primonial a décidé de consacrer 5000 m² de son navire-amiral à développer une offre de bureaux hybrides. « On apporte une réponse aux besoins de flexibilité de nos clients », détaille le dirigeant. C’est à la start-up Comet Meetings que le gérant d’actifs a décidé de confier la gestion de cette surface.

Créée en 2016, Comet Meetings est un spécialiste de l’immobilier centré sur la réunion ou le séminaire d’entreprise, en ajoutant une dose de services et de conseil autour. La société, qui emploie aujourd’hui une centaine de collaborateurs, dispose déjà de sept espaces de réunions dans Paris. Et va en ouvrir prochainement à Bruxelles et Madrid.

Avec l’immeuble Lumière, Comet Meetings ajoute cependant une nouvelle corde à son arc. La moitié de l’espace que lui octroie Primonial sera consacrée à son métier traditionnel des réunions. Le reste sera consacré à des postes de travail en coworking pour les entreprises déjà présentes dans l’immeuble mais également pour celles opérant dans l’environnement proche. Au moins 400 postes de travail pourraient être installés dans cet espace de coworking. « C’est notre capacité à apporter des services qui a été appréciée », explique Victor Carreau, cofondateur et directeur général de Comet Meetings.

Moins de postes, mais plus de services

Le dirigeant de la start-up est persuadé que les besoins dans ce domaine sont importants pour les entreprises aujourd’hui en pleine réflexion sur la place des bureaux. Moins de postes de travail, mais plus de services. Avec une équation économique originale à trouver. « L’enjeu est de réussir à maintenir un prix peu ou prou identique au précédent, mais avec un paiement à l’usage pour les prestations supplémentaires», explique Victor Carreau. Preuve que son offre répond à une réelle demande, le dirigeant espère « pouvoir faire de nouvelles annonces dans ce domaine très prochainement ».

Du côté de Primonial, la décision de réduire la surface dévolue aux bureaux bénéficiant de baux classiques de long terme devrait, en toute logique, avoir un impact sur les revenus générés. Ce que reconnaît Charles Ragons, en expliquant qu’en « consacrant 5% de la surface de l’immeuble Lumière à cette offre hydride, nous prenons des risques». Pour autant, le paiement à l’utilisation représente aussi du potentiel.

« Nous estimons que nous serons gagnants à terme. Et que nous serons même capables de faire croître nos revenus locatifs », précise Charles Ragons. Le succès passera par l’attrait auprès de nouvelles entreprises, en proposant une offre en phase avec les goûts du jour, au détriment des actifs qui ne se renouvellent pas.

 

Partager
Comet Meetings uses cookies on this site. With your consent, we use them to measure and analyze the use of the website (analytical cookies) and to adapt it to your interests and uses (personalization cookies depending on your browsing and your browser). By continuing your navigation, you accept their use.